[J69] Faire le bilan de son temps

Le temps est la seule richesse dont on peut être avare sans déshonneur. Edmé-Pierre Chauvot de Beauchêne

Pour laisser entrer du nouveau dans la vie, il est nécessaire de faire de la place, c’est ce que j’appelle le feng-shui du temps. Votre défi de cette fin de semaine sera juste de faire la liste de ce que vous pourriez cesser de faire. Il s’agit de commencer à réfléchir, sans prendre de décision intempestive pour l’instant. Explorons les quatre quadrants du temps.

Intérieur individuel : c’est tout ce qui concerne la spiritualité. Au fur et à mesure que vous vous développez verticalement (la croissance personnelle), vous acquérez la possibilité de considérer la spiritualité avec un point de vue plus large, plus inclusif, qui transcende votre vue précédente, sans pour autant la rejeter. Et si vous méditiez sur ce sujet ? Quelle proportion de votre temps consacrez-vous à votre spiritualité (module Esprit) ? Est-ce que la méditation a tendance à être remise à plus tard ?

Intérieur collectif : faites le bilan de vos relations, de votre espace du nous, de votre famille, de vos amis, de vos différents cercles. Quels nouveaux amis sont entrés dans votre vie cette année et quels sont ceux dont vous n’avez pas de nouvelles ? Avec lesquels avez-vous envie d’entretenir des relations nourrissantes et authentiques ? Quels sont ceux que vous gardez par devoir ou par habitude ?

Extérieur individuel : dans vos activités du module corps, quelles sont celles qui vous font du bien, qui sont le plus utiles à votre bien être. Cela peut être parce que vous les pratiquez en groupe (cela rejoint votre intérieur collectif). Existe-t-il des sports où vous avez été champion mais qui ne sont plus d’actualité pour diverses raisons ? Pour quelles autres activités auriez-vous envie de faire de la place ?

Extérieur collectif : considérez votre implication dans le monde, votre travail, vos activités associatives, votre temps passé dans la nature. Est-ce que toutes vos activités sont source de joie et de bien-être ? Avez-vous vraiment besoin de faire tout cela ? Existe-t-il certains domaines où vous pourriez laisser la place à d’autres ? Vous pourriez découvrir que vous n’êtes pas si indispensable que cela, après tout. Comment voudriez-vous contribuer différemment et que faudrait-il laisser tomber pour cela ? Pour donner un exemple personnel, est-ce bien raisonnable de continuer à prendre des cours de piano alors que je ne fais jamais mes exercices et que je me torture à devoir l’avouer au professeur chaque semaine ?

Rappelez-vous, vous n’avez pas de décision à prendre pour l’instant, laissez simplement mijoter.

Partager Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.